MÉNOPAUSE : QUE TON ALIMENT SOIT TON REMÈDE!

Maintenant plus que jamais, ne perdez pas de vue que seule une alimentation saine et variée peut vous fournir toutes les substances nutritives que votre corps réclame.

De plus, il vous faut tenir compte du fait que vos besoins alimentaires diffèrent de ceux de la jeune femme. N’oubliez pas que le cholestérol et les affections cardio-vasculaires menacent la femme autant sinon plus que l’homme, après le passage de la ménopause.

Si ce n’est déjà fait, adoptez sans plus tarder de bonnes habitudes en commençant par faire le point sur ces habitudes.

Durant quelques semaines, notez systématiquement tout ce que vous mangez. À la lumière de ces données, dressez un tableau de vos habitudes alimentaires et voyez ce que vous pouvez améliorer en tenant compte des recommandations qui suivent.

Optez pour l’hormonothérapie alimentaire

En vous nourrissant d’aliments appropriés, vous pouvez intervenir de façon tout à fait positive sur votre biochimie. Si vous consommez des aliments riches en phytoestrogènes notamment, des oestrogènes végétaux aussi appelés “isoflavones”, vous procurez à votre organisme des oestrogènes de grande qualité, tout à fait dépourvus d’effets indésirables.

Ces phytoestrogènes dont le soja est particulièrement riche, remplacent parfaitement bien les oestrogènes dont vous privent désormais vos ovaires.

Durant les dernières années, plusieurs recherches provenant des États-Unis, d’Australie et de Finlande, ont démontré l’effet bénéfique de ces phytoestrogènes pour les femmes en période de ménopause.

Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’en Asie, où le soja constitue un aliment de base, les femmes ne sont pratiquement pas affectées par la ménopause.

Les Asiatiques sont également moins touchées que nous le sommes par les cancers hormono-dépendants (cancers du sein, de l’utérus et des ovaires), par les maladies cardio-vasculaires et par l’ostéoporose.

Quelles sont vos meilleures sources alimentaires de phytoestrogènes ?

Le naturopathe américain Dr Joseph E. Pizzorno, président de l’Université Bastyr à Seattle (États-Unis), qui signait un article dans le magazine américain Natural Health en octobre 1996, mentionne qu’une portion quotidienne de 85 grammes de soja compense assez bien votre manque d’oestrogènes organiques.

À titre indicatif, le tableau ci-contre vous donne quelques chiffres sur la teneur en isoflavones de différents produits à base de soja (d’après Prevention, août 1996).

Vous remarquerez que ce tableau ne fait pas mention de l’huile de soja, de la sauce de soja et du miso. C’est que ces produits ne contiennent pas ou très peu d’isoflavones. Vous ne pouvez donc pas compter sur eux pour obtenir des résultats intéressants.

Il en va de même en ce qui concerne les produits industrialisés à base de soja tels que les margarines, les sauces salade, les mayonnaises, les graisses à rôtir, etc.

Par ailleurs, plusieurs boutiques diététiques offrent des aliments tout à fait délicieux à base de protéines de soja (saucisses, hamburgers, salamis) pouvant vous aider à varier vos menus.

Aliment Portion Isoflavones (mg) Calories
Noix de soja rôties 75 g 60 195
Tofu allégé 240 g 35 45 – 75
Tofu régulier 240 g 35 105 – 120
Lait de soja régulier 250 ml 30 130 – 150
Lait de soja allégé 250 ml 20 90 – 120

Outre le soja et ses dérivés, plusieurs autres aliments contiennent des isoflavones. Recopiez-en la liste et placez-la bien en vue sur votre réfrigérateur ou ailleurs !

Ces aliments sont les suivants : fenouil, graine de lin, céleri, chou, brocoli, choux de Bruxelles, anis, noix, céréales entières, pommes, luzerne.

Le fenouil et l’anis sont, avec le soja, ceux qui en contiennent le plus.

L’incontournable calcium

La baisse d’oestrogènes qui caractérise la ménopause favorise une diminution importante de votre masse osseuse d’où le risque d’ostéoporose. Pour lutter contre cette maladie invalidante, mangez en abondance des aliments riches en calcium, un matériau essentiel à vos os.

Ces aliments sont les suivants : sésame, fromages – emmental et mozzarella en particulier –, algues marines, yaourt, lait, saumon (avec les os), sardines, tofu et lait de soja, figues, noix du Brésil, graines de tournesol, la plupart des légumes verts et des fruits séchés.

Pour que votre peau puisse synthétiser de la vitamine D – elle est indispensable à l’absorption du calcium –, prenez quotidiennement 10 à 15 minutes de soleil. Il vous suffit d’exposer votre visage, vos mains et vos avant-bras pour prendre tout le soleil nécessaire à ce processus.

Si vous êtes confinée entre 4 murs, puisez votre vitamine D dans les huiles de poissons.

Mangez maigre !

Les matières grasses ne devraient pas représenter plus de 30% de votre régime alimentaire. En limitant votre consommation de viandes grasses, de charcuteries, de fritures et de pâtisseries, vous vous protégez des maladies cardio-vasculaires et de plusieurs types de cancers.

De plus, consommez des céréales entières, des légumineuses, des fruits et des légumes. Non seulement ces aliments sont pauvres en graisses, mais ils vous fournissent un grand nombre de vitamines, de minéraux, d’oligo-éléments et beaucoup de fibres alimentaires.

Ces fibres permettent de réduire le taux de mauvais cholestérol et d’augmenter celui du bon cholestérol.

La vitamine de la ménopause

La vitamine E aide à prévenir plusieurs symptômes de la ménopause. Parmi ces symptômes figurent les bouffées de chaleurs, les changements d’humeur et la sécheresse vaginale. La vitamine E est également reconnue pour accroître les effets positifs des oestrogènes. Elle est aussi un bon anti-oxydant, d’où son action préventive sur le cancer et les maladies cardio-vasculaires.

Les meilleures sources alimentaires de vitamine E sont les suivantes : huiles végétales pressées à froid, céréales entières, légumes à feuilles vert foncé, noix, graines, légumes en général, légumes secs, oeuf, foie, lait, avoine, patate sucrée et germe de blé.

Supprimez vos bouffées de chaleur

en évitant certains aliments

La suppression de certains aliments suffit parfois à éliminer les bouffées de chaleur. Méfiez-vous en particulier :

– des mets épicés ;

– des aliments acides (tomate, marinades, citron, etc.) ;

– des boissons chaudes ;

– de tout ce qui contient de la caféine (café, thé noir, colas) ;

– de l’alcool ;

– du sucre blanc.

Notez que les abus de café, de thé et d’alcool nuisent également à la fixation du calcium. Pour ce qui est des colas, même en petites quantités, ils sont nocifs.

7 jours ménopause

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *