LA DOULEUR ARTICULAIRE

I – UN SIGNAL D’ALARME

  • En anatomie, l’embryon est composé de trois couches de cellules qui se développent et se différencient pour constituer le corps humain dans ses trois Grâce à cette organisation, la position anatomique des organes ou des viscères (estomac, foie, reins, intestin, pancréas…) reste toujours la même dans le corps.

douleurs articulairesLe foie et l’estomac sont enveloppés par des membranes reliées par des ligaments directement suspendus sous le diaphragme, lui même maintenu en suspension grâce à un système de haubanage qui s’attache sur le squelette.

  • Une alimentation déséquilibrée perturbe la fonction digestive qui se traduit progressivement par une modification de la densité ou du volume de l’organe (foie) ou des viscères (estomac, intestin, colon) qui crée une tension sur le diaphragme et une compression des vaisseaux de l’abdomen.

Cette tension se projette sur l’axe vertébral, déséquilibre sa statique et comprime le ganglion de la racine nerveuse qui part de la moelle épinière, celle même qui transmet les informations nerveuses (principe de traitement mécanique utilisé par les ostéopathes et les chiropracteurs).

 Pour exemple : une gastrite crée une tension sur la coupole diaphragmatique gauche qui projette une force de tension au niveau de la quatrième vertèbre dorsale d’où partent justement les racines nerveuses qui transmettent les informations à l’estomac.

Ce cercle vicieux dont l’origine est très souvent digestive, freine l’efficacité des traitements anti-douleurs et entretient la plupart des douleurs articulaires et/ou musculaires chroniques sauf en cas de traumatisme direct (chute, coup…).

II – UN INDICE PRECIEUX

  •  Les forces de tension qui se transmettent dans le corps rayonnent à l’instar d’une toile d’araignée dont le centre se situe au niveau de l’ombilic. Ceci s’explique par l’organisation embryonnaire des tissus du corps humain et conforte la pratique médicale orientale qui privilégie le système digestif.
  •  Ces forces impriment à notre organisme un mouvement de vie comparable à celui d’une Elles subissent l’influence de deux chaînes de forces qui s’enroulent autour de l’axe vertébral selon une image comparable à celle des chaînes d’ADN. L’une correspond à la fonction métabolique et correspond aux premières vertèbres cervicale, dorsale et lombaire (C1, D1, L1) l’autre à la fonction endocrinienne et correspond aux troisièmes vertèbres cervicale, dorsale, lombaire (C3, D3, L3).

Pour exemple :

Une douleur à l’épaule droite se manifeste au réveil chez une femme à la veille de ses règles et au lendemain d’un stress professionnel. Ni faux mouvement, ni effort, ni traumatisme, ne peuvent expliquer la survenue de cette douleur.

 Une corrélation entre la période prémenstruelle, le ralentissement du transit intestinal, le stress et cette douleur, explique le processus d’installation de cette douleur.

  • La seconde partie du cycle sollicite normalement le foie et la thyroïde pour synthétiser les hormones et se traduit souvent par un ralentissement du transit à la veille des règles. Le stress a contrarié ce processus naturel et perturbé la sécrétion de la bile qui lubrifie l’intestin et la fonction thyroïdienne qui stimule la contraction du
  •  Le colon descendant fixé sous la partie gauche du diaphragme a transmis une tension sur le diaphragme qui s’est transmise aux Cette traction fait pivoter le gril costal autour de son axe vertébral positionnant ainsi l’épaule droite en avant.
  •  Cette position anatomique forcée comprime le paquet vasculo-nerveux en direction de cette épaule. Les muscles de l’épaule moins bien vascularisés deviennent hypertoniques et exercent une tension sur leurs
  •  Ces tensions modifient la position anatomique de l’épaule et créent une traction ligamentaire qui s’exprime par la douleur.
  •  Rien apparemment n’aurait pu mettre en évidence une relation entre le colon et l’épaule droite. Et pourtant la guérison durable de cette épaule sera subordonnée à la résolution du problème de transit.

Or la régulation du transit passe par une meilleure hydratation, une meilleure qualité de bile (rôle de protection et de lubrification du colon) donc une bonne fonction hépatique qui justement assure la synthèse des œstrogènes à partir du cholestérol.

IMG002

L’organe crée une tension sur son tissu de soutien 1 qui comprime l’artère qui le nourrit 2. Mal vascularisé, l’organe fonctionne moins bien, la tension du tissu de soutien augmente et transmet au diaphragme sous lequel l’organe est suspendu 3 La tension du diaphragme se projette sur les vertèbres dorsales, les déséquilibre et distend les ligaments à l’origine de la douleur 4 Le problème réside dans le fait que, selon un principe physique, le maximum de force se concentre au niveau vertébral où se situe le ganglion nerveux qui commande l’organe 5 Ainsi, mal vascularisé et privé d’informations nerveuses correctes, la fonction de l’organe se dégrade progressivement 6

Ce double cercle vicieux, qui se traduit initialement par une douleur, est à l’origine de la dégradation des fonctions hépato-digestives de l’organisme

 

7 jours pour l'arthrite

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *